Pour en savoir encore plus sur le chaga

POUR EN SAVOIR ENCORE PLUS SUR LE CHAGA…

Du nom latin de Inonotus obliquus, le chaga est un polypore qui pousse sur plusieurs espèces d’arbres mais presqu’exclusivement sur les bouleaux de toutes les forêts boréales du monde. Il est le seul polypore à former une masse de mycélium comme partie visible, contrairement à un carpophore (partie émettant les spores) comme tous les autres polypores et champignons. Il est aussi le seul à vivre sur les arbres vivants. Le chaga va aider son hôte à passer les hivers, il n’est donc pas parasite, mais bien en symbiose avec celui-ci. Ce n’est qu’à la fin de sa vie (coïncidant avec la fin de la vie de l’arbre) qu’il va fabriquer les structures qui vont produire les spores. Il est donc très rare d’observer les carpophores d’un chaga.

Lorsqu’un spore germe et investit un arbre, le mycélium va investir le bois de l’arbre en se nourrissant de la lignine, tout en laissant la structure cellulosique de l’arbre intacte. Quelques années plus tard, une masse de mycélium va commencer à se former et va sortir de l’arbre comme en extrusion, en poussant l’écorce ou plus souvent en sortant par une blessure de l’arbre. La protubérance ressemble beaucoup à une masse charbonique amorphique, ce qui le rend facile à identifier. Elle est noire à l’extérieur et s’effrite au toucher et plus on se rapproche du centre, plus la couleur passe du brun au orange vif. Le champignon est vivace et peut vivre plusieurs années sur l’arbre, grossissant d’année en année et sortant aussi à d’autres endroits sur l’arbre.

Le chaga doit être récolté sur les arbres vivants pour bénéficier d’un maximum de micro-nutriments. Pour le récolter, il faut le cogner latéralement avec un objet lourd (idéalement avec le dos d’une hache) et la masse de mycélium va se décoller de l’arbre au niveau de l’écorce à sa zone d’abscission. Il est important de ne pas récolter le mycélium orange qui demeure sur l’arbre, car celui-ci va continuer à pousser à partir de là.

Le chaga contient une quantité record de micro-nutriments (215 dénombrés) et certains en très grande quantité. L’antioxydant principal produit par notre corps se nomme le superoxyde dismutase (SOD) lequel nous protège des dommages éventuels crées par les radicaux libres, sous-produits de la respiration cellulaire. Quand notre corps vieillit, il produit de moins en moins de SOD, augmentant les risques de dommages cellulaires. Il est donc important de supplémenter notre alimentation et le chaga est une des rares sources botaniques de la SOD et c’est l’herbe connue qui en contient le plus.

Le chaga est aussi une rare source de triterpènes, la bétuline et ses dérivés, l’acide bétulinique et le lupéol, que l’on retrouve en plus grande concentration dans la partie noire du mycélium. Le chaga concentre ces substances qui proviennent de l’écorce du bouleau, il les rend bio-disponibles et ils sont considérés comme des substances anti-cancéreuses très puissantes. Le lanostan est un autre triterpène présent dans le mycélium en plus grande concentration dans la partie orangée. Quoi qu’ayant des propriétés anti-cancérigènes, il est plus doué comme anti-bactérien et anti-candida.

Le chaga est la source la plus riche de mélanine, le pigment foncé qui se trouve surtout à l’extérieur du champignon. Le quart des pigments retrouvés dans le chaga est de la mélanine. Celui-ci est antioxydant et génoprotecteur. Notre corps produit de la mélanine entre autre pour le fonctionnement des neurones, le fonctionnement des glandes, surtout la pinéale, pour la coloration de nos cheveux et de nos yeux, ainsi que dans la peau, laquelle nous protège du rayonnement ultra-violet en provenance du soleil ainsi que d’autre forme de radiation. La synthèse de la mélanine est un processus demandant pour notre corps. En consommer directement réduit la charge du corps pour en synthétiser et alloue donc plus d’énergie à d’autres fonctions comme le nettoyage des cellules. La mélanine est excellente pour nous aider à prévenir les dommages causés par toute forme de radiation et pour donner une belle apparence à nos cheveux et à notre peau.

Le chaga est aussi une excellente source de polysaccharide bêta-glucan. Celui-ci a un effet direct sur la production des globules blancs et des anticorps en général. Il stimule le système immunitaire tout en le rendant apte à bien moduler ses attaques contre des envahisseurs bien ciblés. Il est excellent pour rebâtir le système immunitaire quand un individu s’est vu exposé à des doses de radiation, ainsi qu’à des traitements de chimiothérapie. Cette molécule participe aussi à l’hydratation de la peau, elle améliore son élasticité et sa souplesse et atténue des rides. Il est prouvé que ce polysaccharide est très efficace à inhiber les effects mutagènes et immunomodulateurs des tumeurs cancéreuses en déclenchant diverses réponses immunitaires. Ses propriétés sont : immunomudulateur, anti-bactérienne, anti-inflamatoires, anti-allergéniques, hépato-protectrice, anti-tumorales, anti-carcinogènes, anti-mutagènes et antioxydantes.

Une analyse complète nous démontre que le chaga est riche en : acides-aminées, polysaccharides bêta-Glucan, triterpènes (bétuline, acide bétulinique, lupéol, saponine, lanostane), mélanines, phénoles, stérols (lanostérol, ergostérol, inotodiol, innostérol), flavonoïdes, acides trameténoliques, acides pentothéniques, tripeptides, triterpènoïdes, acides vanilliques, saponines, fibres alimentaires, enzymes, vitamine B1 (thiamine), vitamine B2 (riboflavine), vitamine B3 (niacine), vitamine B5 (Acide penthoténique), vitamine D2 (Ergostérol), vitamine K, calcium, césium, chlore, cuivre, germanium, fer, antimoine, barium, bismuth, bore, chrome, manganèse, rubidium, silice, souffre, magnesium, phosphore, potassium, sélénium, sodium et zinc.

Toutes ces molécules prisent indépendamment n’ont pas le même effet que si elles sont prisent en un mélange synergétique, créant une médecine vivante comme retrouvée naturellement dans les préparations et extraits de chaga.

.François :Legault

 

Autre lectures : Sur cette page sont expliquées en détail les caractéristiques de tous les micro-nutriments présents dans le chaga : http://www.chagamountain.com/health-benefits.html (en anglais)

 

Références;

Chaga, King of the Medicinal Mushrooms, David Wolfe, North Atlantic Books, 2012

The Cure is in the Forest, Dr Cass Ingram, Knowledge House Publication, 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *